Notre histoire jusqu’à présent

Depuis notre création officielle en 2016, ESSA a connu un développement rapide.

D'où sont venues les idées qui ont mené à la fondation d'ESSA ?

Les idées qui ont conduit à notre création ont découlé d'un mélange de frustration et d'opportunité.   Une frustration vécue par notre fondateur lorsqu'il a contribué, sur le terrain, à construire [Warwick in Africa] [link], une association à succès qui instruit des enfants et forme des enseignants dans des bidonvilles et zones rurales de grande pauvreté. 

Des opportunités repérées au même endroit, lorsqu'il a découvert des méthodes de collaboration capables de résoudre certains problèmes systémiques complexes et de mobiliser les nombreuses personnes qui ont des solutions mais ne disposent pas des ressources ou des relations nécessaires pour changer les choses. 

Sa conviction profonde : que les Africains eux-mêmes soient au cœur de toute la démarche d'ESSA. Tout a commencé par une série d'ateliers organisés dans des écoles de la région avec des élèves et des enseignants, pour les informer de ce qu'ESSA pouvait faire.


Le premier concept formel d'ESSA était un travail sur quatre éléments :

  •  « Rassembler »

  • Créer une plateforme de référence dédiée à la connaissance

  • ·Aider à renforcer les compétences et les capacités

  • Déterminer les informations que les gens veulent et dont ils ont réellement besoin 

Comme vous pouvez le constater, deux ans à peine après la création ces premières idées deviennent aujourd'hui une réalité. Les Africains sont vraiment au cœur de ce que fait ESSA, et ESSA commence déjà à faire la différence. 


Comment s'est établie ESSA ?

Nous avons connu trois phases jusqu'ici :

« Financement initial et validation du modèle »

« Levée d'importants fonds de lancement auprès de la Fondation Bosch »

« Former des partenariats [link Our partners], lever des fonds de projets et poursuivre le travail (link) pour prouver qu'ESSA peut apporter une véritable valeur ajoutée »

Outre son important investissement, la Fondation Bosch a également apporté un soutien en nature, notamment par le détachement d'[Olaf Hahn [(link to contact page] comme directeur fondateur.

 Guidé par une série de principles, notre travail nous a permis de progresser et de construire les capacités et les relations nécessaires à l'établissement d'ESSA sur le long terme.

Comme le démontre Our work nos premiers projets et partenariats ont permis d'engendrer une dynamique forte et, comme dans le cas de notre étude sur la démographie du corps enseignant et sur la la visibilité et l'accessibilité des recherches menées par les chercheurs africains, commencent d'ores et déjà à changer les discours. 

Il nous reste encore beaucoup à faire et nous savons que, comme nombre de jeunes Africains que nous tentons d'aider, nous sommes encore loin d'exploiter tout notre potentiel. Nous espérons que notre travail saura vous inspirer, vous donnera l'envie de get involved et de nous aider à aider, plus rapidement encore.


Pourquoi avoir mis l'accent sur l'enseignement supérieur ?

L'un de nos principles les plus importants est de garder un état d'esprit « étape par étape ». Nous voulons contribuer à améliorer l'ensemble du spectre éducatif, dans une grande diversité de pays aux caractéristiques et aux cultures différentes. Il nous fallait commencer quelque part pour éviter de trop nous étaler. 

L'enseignement supérieur nous a paru un point de départ naturel. Les établissements d'enseignement supérieur sont des centres névralgiques importants pour l'éducation dans la région. Ce sont souvent eux qui forment les enseignants, ils restent proches du marché du travail, ils mènent des recherches sur l'éducation et ils influencent les politiques nationales et régionales. Ils constituent également une passerelle naturelle vers le reste du secteur.


Quelle est la prochaine étape ?

Nos priorités actuelles sont les suivantes :

  • Avoir un impact important dans notre travail actuel..

  • Bâtir et proposer[OpenESSA [(link to OpenESSA section), notre plateforme de ressources numériques pensée avec notre partenaire Hasso Plattner Institute.

  • Établir officiellement notre panel panafricain de jeunes, dont le président rejoindra le conseil d'administration d'ESSA.  

  • Accomplir le travail et lever les fonds nécessaires pour faire passer notre plateforme de connaissances encore embryonnaire à l'étape suivante.

  • Développer notre travail sur l'état des données éducatives et des capacités en data science dans la région, pour le faire passer à la phase pilote. 

  • Établir, en relation avec nos partenaires, nos premiers programmes de formation de leaders éducatifs.