Il est temps d’en venir aux bourses – il faut changer les règles du jeu

Par Patrick Dunne

Frank Odwesso

Qui finance les bourses en Afrique subsaharienne et pourquoi ? Quel est leur retour sur investissement (ROI)? Dans quelle mesure les bourses permettent-elles de transformer la vie des individus ainsi que la société ?

Quelles sont les caractéristiques des modèles de bourses les plus efficaces ? De quels indicateurs clés de performance (KPI) devra   it-on disposer pour un programme ? Comment les personnes qui gèrent de tels programmes partagent-elles les meilleures pratiques et qui d'autre est impliqué dans la création d'un programme de bourses d’études ?

Ce ne sont là que quelques-unes des questions sur lesquelles nous voulions connaître les réponses lorsque nous avons créé notre programme Scholarship Impact Hub. Nous publierons bientôt les résultats de notre plongée dans l’univers des bourses d’études où nous avons examiné plus de 300 programmes. Nous voulons initier un débat avec des évidences tangibles et rassembler les gens pour vraiment changer les règles du jeu pour soutenir des jeunes talents africains.

En attendant, un certain nombre de choses sont déjà très claires, à savoir que :

  • • Il existe une myriade de motivations et presque autant de types de programmes que de bailleurs de fonds.
  • • En faisant évoluer une pensée basée sur le budget à une pensée basée sur le ROI, il est possible d'accroître l'impact et le retour sur investissement et d'attirer plus de financement dans l'espace.
  • • Il est également possible de mieux faire correspondre le financement des bourses d’études à des priorités stratégiques, qu’il s’agisse de doctorats visant à renforcer les capacités du corps professoral local ou de domaines de compétences pointus comme la science des données ou la pratique de sage-femme.
  • • La gestion de plusieurs petits programmes de bourses peut être coûteuse et difficile sur le plan logistique pour les universités et les collèges.
  • • Il n’existe actuellement aucun forum permettant aux personnes travaillant dans ce domaine de partager les meilleures pratiques et d’apprendre les unes des autres, et plus important encore :
  • • Le processus de jumelage des chercheurs et des bailleurs de fonds potentiels est à la fois inefficace et ne fonctionne pas pour les plus méritants.

Les gouvernements, les fondations et les entreprises sont les trois principales catégories de bailleurs de fonds. Il est donc tout à fait légitime que les bailleurs de fonds aient des objectifs et des modèles de fonctionnement différents. Il existe de nombreux exemples dans chaque catégorie qui ont des programmes très efficaces dont nous pouvons tous apprendre. Pourtant, en général, si vous considérez cela comme un système, celui-ci doit changer, et cela rapidement. L'augmentation très forte de la population sur le continent, conjuguée au besoin de combler les pénuries de main-d'œuvre qualifiée, de former des leaders de tous horizons et de créer des emplois, suggère que nous devons maximiser le retour sur investissement des fonds de bourses disponibles et les augmenter.

Il est donc temps, à mon avis, que les entreprises passent des objectifs axés sur la responsabilité d'entreprise et sur le RSR et sur une pensée budgétaire pour leurs programmes de bourses d'études, à une pensée plus commerciale et basée sur le retour sur investissement, qui met l'accent sur l'acquisition de talents et la diversité, ainsi que sur la mesure de l'impact . Les programmes de bourses d'études peu coûteux sont plus susceptibles de générer des taux de fraude et d'abandon plus élevés et donc un retour sur investissement plus faible. Les programmes de bourses qui ont un lien étroit avec l'expérience de travail et les stages sont susceptibles d'entraîner un recrutement plus important.

Il est temps que les gouvernements harmonisent davantage leur financement avec les priorités stratégiques des pays qu’ils souhaitent soutenir. Les travaux de ESSA sur la démographie du corps professoral suggèrent, par exemple, qu'il faut augmenter considérablement le financement des doctorats pour développer les capacités des universités.

Il est temps que les fondations travaillent et apprennent ensemble à augmenter le retour sur investissement de leurs dépenses en bourses d’études. Convenir d’un ensemble commun d’indicateurs de performance clés à court et à long terme pour leurs programmes de bourses d’études et peut-être financer un peu plus de recherches supplémentaires sur l’efficacité et créer un réseau plus formel de gestionnaires de bourses d’études pourraient être des options.

Il est temps de résoudre un autre problème. Une grande frustration pour de nombreux bailleurs de fonds est de trouver des candidats qui répondent à leurs critères, alors que des centaines de milliers d’étudiants ne savent pas comment trouver des bourses d’études. ESSA a décidé de s’engager dans ce domaine et crée une plate-forme d’appariement pilote qui sera lancée en 2020.

Enfin, il sera bientôt temps pour ESSA de partager plus en détail les résultats de ses découvertes et de rassembler les gens afin de déterminer comment nous allons changer radicalement les "règles du jeu en matière de bourses".