Les étudiants doivent être préparés au marché du travail

Samuel K. Boafo, chef des ressources humaines (RH) à Cal Bank, Accra, Ghana, propose des programmes de formation pour les jeunes au Ghana afin qu'ils acquièrent des compétences professionnelles.

Samuel K. Boafo, chef des ressources humaines (RH) à Cal Bank, Accra, Ghana

Chaque année, à Cal Bank, plus de 170 jeunes achèvent leur service national ghanéen, qui est un programme gouvernemental rémunéré offrant aux nouveaux diplômés une expérience sur le lieu de travail. Ensuite, chaque diplômé est évalué pour déterminer s'il a acquis les compétences requises.

Des collaborations comme celles-ci préparent les jeunes et les font réussir, si ces itinéraires sont suivis, les étudiants peuvent être préparés au marché du travail une fois diplômés. 

J'ai travaillé avec des écoles primaires pour donner une orientation professionnelle, façonner la compréhension et offrir une expérience pratique. Les jeunes les plus jeunes ont accès aux affaires via des stages ou des stages, mieux c'est. 

Lorsque l'industrie interagit avec les étudiants à tous les niveaux de cette manière, cela profite à la fois à l'industrie et aux étudiants. L'Afrique a besoin de plus d'engagement de la part de l'industrie pour proposer des stages et des stages, et le monde universitaire doit les rechercher. 

De nouvelles règles universitaires imposant aux universitaires d'avoir un doctorat avant de pouvoir enseigner empêchent les champions de l'industrie avec des décennies d'expérience d'enseigner aux étudiants. Je pense qu'il serait préférable à l'industrie que davantage d'étudiants obtiennent des certifications spécifiques liées à l'emploi plutôt que des diplômes, d'autant plus que la certification est plus souvent enseignée par des praticiens de l'industrie, comme moi, plutôt que par des universitaires.

Souvent, les entreprises ne proposent pas de stages et de stages, qui doivent être rectifiés. Ces stages débouchent souvent sur des offres d’emploi une fois que les étudiants quittent l’enseignement et bénéficient aux entreprises de nouveaux talents. 

Samuel K. Boafo, chef des ressources humaines (RH) à Cal Bank, Accra, Ghana

L'histoire de Samuel figure également dans notre rapport d'impact.